Rechercher

Voir la vie en vert

Si on parlait de LifeStyle écolo ? Pouvoir vous partager mon cheminement intérieur et extérieur vis à vis de cette façon de vivre et de consommer ! Il est bien évidemment important de rappeler que chacun vit la vie qu'il veut, selon ses propres choix et sa propre conscience.

J'ai toujours été très sensible à la cause écologique mais j'ai commencé à faire des changements dans ma vie seulement après mes 24 ans. Mon envie de contribuer à mon échelle à l'impact sur la planète s'est fait comme une évidence. Beaucoup diront que ce n'est pas l'acte d'une personne qui changera les choses et je suis d'accord ! Mais celle de centaines, de milliers de personnes peuvent créer de nouveaux paradigmes. Car oui, on ne change pas ce qui a été détruit, en revanche je suis de ceux qui croit à la reconstruction d'un nouveau monde, avec des nouvelles prises de conscience grâce aux expériences passées et aux leçons tirées. Je pense qu'il n'y a pas de « petites » actions, seulement des actions qui prouvent une prise de conscience et une envie de changer les choses.

J'ai commencé avec ma façon de consommer au niveau de la nourriture. Je n'ai jamais été une grande consommatrice de viande rouge, donc il a été plutôt facile d'arrêter d'en manger, en ce qui concerne la viande blanche je me suis laissée 1 année pour progressivement arrêter. Juste avant le premier confinement j'ai réussi à supprimer la viande de mon assiette. Puis j'ai fait la même chose avec le poisson et les crustacés, aujourd'hui je suis totalement végétarienne. Je consomme encore des œufs et des produits laitiers qui me donnent l'apport nécessaire en protéine animale, B12 et fer. Par rapport à mon expérience, je pense qu'il est important de faire le changement à son rythme et prendre le temps de recréer ses repas pour éviter toutes carences. Grâce à ce changement alimentaire, cela m'a permis d'avoir une meilleure digestion, une plus grande vitalité, une peau plus saine et d'autres bienfaits physiologiques. Devenir végétarien est un choix personnel, pour moi le plus important dans l'alimentation au niveau impact écologique est la manière de consommer : comment ? Quoi ? Où acheter ? Pourquoi ? On ne le redira jamais assez, consommer local permet de favoriser le circuit court donc de faire en sorte que le produit passe du producteur directement au consommateur, ce qui permet d'abord une traçabilité du produit, savoir comment il a été élevé, cultivé ou fabriqué et ensuite d'avoir un produit véritablement frais. Cela évite un transport, la plupart du temps routier, inutile du produit, qui va polluer et peut l'abimer. De plus, il est plus avantageux pour le producteur de vendre directement au consommateur que de vendre une misère toute une production, l'éthique de métier et du produit est préservé. Car oui ! Les produits que vous retrouvez en supermarché sont des produits qui sont cultivés, élevés et fabriqués en masse. La surproduction, tu connais ? Pour finalement se retrouver avec des rayons de supermarché blindés et des tonnes d'invendus jetés en masse parfois sans que le produit ne soit périmé.

Paradoxalement au 21ème siècle, des personnes partout dans le monde meurent de faim, se sous alimentent par manque de moyen, ironique non ?! Cette surconsommation alimentaire, nous la retrouvons dans les foyers directement. Combien de personnes remplissent leur frigo au point de se retrouver à la fin du mois à devoir jeter des produits périmés, ou cuisinent des très grosses quantités pour ensuite les jeter à la poubelle. Prendre conscience de ce qui se passe dans notre assiette, de ce que nous consommons et de la chance que nous avons de pouvoir manger 3 repas/jour est une première étape pour consommer de façon écologique, économique et en total respect et conscience. Dans la même vision, consommer de saison est essentiel dans ce changement de consommation plus saine pour la planète, pour la santé et le portefeuille. Depuis très longtemps l'être humain a oublié qu'il faisait partie de cette nature et qu'avant l'industrialisation, nous consommions en accord avec ce qui été produit, élevé, selon les saisons et le temps de fabrication naturel. Si on s'arrête sur ce point, on peut s'apercevoir que consommer des agrumes en hiver est une nécessité car riche en vitamine C, ils aideront à éviter de tomber malade pendant cette période, les produits tels que les courges, les carottes sont également nécessaires pour lutter contre le manque de soleil à cette période. Les fruits d'été sont riches en eau et en anti-oxydant pour aider l'organisme contre les fortes chaleurs ou l'exposition excessive au soleil qui produit une accélération du vieillissement cutané.

Observez ce qui est de saison et ce dont le corps a naturellement besoin selon la saison.

C'est une forme de reconnexion à son corps de comprendre notre façon de consommer mais c'est également respecter la planète et ce qu'elle peut nous donner naturellement.

Puis, je me suis lancé dans le Zéro déchet. Le but de réorganiser son quotidien pour éviter d'utiliser des produits consommables une fois, limiter les achats emballés ou suremballés, transformer ou réparer les objets pour éviter de les jeter, acheter les affaires d'occasions encore en bon état et ainsi réduire un maximum ses déchets. Je me suis attaqué à ma façon de faire les courses en préférant acheter en vrac les aliments grâce aux sacs en tissu, on diminue le plastique (45% des emballage sont en plastique, et représentent la plus grosse source de pollution qui dégrade la nature : 35%). Je suis passée aux éponges en matière naturelle, en tissu ou durable. Les sopalins en tissu, les bee wrap et charlottes en tissu pour ne plus consommer de film alimentaire, entreposés dans des bocaux en verre. Les produits ménagés ont fait place à du savon d’Alep (on peut l’utiliser pour les cheveux, le corps), le bicarbonate de soude (une merveille et très polyvalent aussi), le vinaigre blanc (indémodable !).

La salle de bain a vu naitre les cotons démaquillants lavable, la cup pour les menstruations, la fabrication de mon déodorant, des contenants en verre pour le cosmétique et le remplacement du démaquillant et de la crème par de l'huile végétale. Ma facture s'est vue réduite de ¾ et j'ai fait du bien à la planète et à ma santé. C'est petit à petit que j'ai introduit mes nouvelles habitudes pour devenir indispensables à mon quotidien. Sans parler de la carafe d'eau et de la gourde en verre ou en inox, bye bye les bouteilles en plastique. J'ai réorganisé mes courses pour acheter seulement ce dont j'avais besoin, ce qui m'a permis de n'avoir besoin que d'un petit frigo (ultra polluant pour la planète à cause de sa consommation et son impossibilité à être totalement recyclé). Les vêtements sont achetés en friperie et ceux que je ne veux plus sont vendus sur Vinted (en plus je récupère de l'argent) ou recyclés en chiffons pour les plus abimés. Les appareils électroniques sont récupérés ou achetés reconditionnés.

Faire attention à l'eau qui est une denrée fondamentale à notre survie, limiter la consommation électrique qui est produite essentiellement avec l'énergie nucléaire, faire un composte quand cela est possible pour alimenter son jardin et réduire ses déchets.

Mon quotidien s'est adapté à cette nouvelle façon de vivre et de consommation, plus consciente de l'environnement, de ma santé et de mon portefeuille. Pour la plupart, j'ai adoré les fabriquer, cela m'a donné une fierté supplémentaire à un coup moindre. Je me suis retrouvée dans mes valeurs et je suis revenue à l'essentiel. Bien sûr, je ne suis pas parfaite et il y a encore certaines choses dont je n'ai pas pu me passer comme la voiture, car j'habite dans un petit village mais malgré tout dès que je peux je me déplace à pied ou en vélo, j'utilise les transports en commun ou le covoiturage. Cette expérience m'a prouvé qu'il était possible de vivre très bien tout en ayant un monde de vie éco-responsable et à son échelle pouvoir contribuer à changer notre société. Vous me direz que pour certains c'est une mode, ce qui est une réalité mais pour d'autres c'est un réel engagement de laisser aux futures génération une manière de vivre plus saine. Et chacun à son échelle peut aider à changer les mentalités pour un monde plus vert, plus propre et plus respectueux de la flore et de la faune.

En 2017 en France, c'est 326 millions de tonne de déchets ce qui fait un peu moins de 5 tonnes par habitant. Les meilleurs déchets sont ceux que l'on ne produit pas car le tri reste quelque chose d'abstrait.

Et vous quels sont vos petits gestes écologiques ? Et qu'est-ce qui vous plairait de mettre en place dans votre quotidien pour réduire vos déchets et vivre plus sainement ?

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout