Rechercher

De l'acné hormonale à la libération de Soi

Dernière mise à jour : 17 juin

J'avais envie d'aborder le sujet de l'acné hormonale ou d'adulte, cette acné qui passé 20 ans est toujours présente. Pouvant se présenter sous une forme légère (quelques boutons pendant des périodes de stress, de règles ou autres) à des formes beaucoup plus aiguës (jusqu'à provoquer des lésions cutanées, des douleurs et une présence constante).


De mes 19 ans à mes 29 ans, j'ai vécu une période d'acné, cela est arrivé d'un coup ! J'avais l'impression de revivre une deuxième puberté. Les éruptions se déclaraient n'importe quand, avec des grosses inflammations et toutes les parties du visage étaient touchées. Depuis mes 17 ans, je n'avais plus de boutons d'acné sauf période ne menstruation, de vivre ce retour acnéique a été perturbant pour moi. À l'époque, mon hygiène de vie pouvait expliquer cette apparition soudaine. J’ai commencé à faire plus attention à moi et je me suis efforcée à changer mon hygiène de vie pour remédier à ce problème. Cependant je me suis très vite aperçu que cela n'était pas la cause, je me retrouvais dans des périodes à avoir une hygiène saine et à avoir tout de même des crises d'acnés plus intense. En revanche, il était évident que ce que je consommais, n'arrangeait en rien les choses et par moment, favorisait les inflammations.


Vers mes 23 ans j'ai décidé d'aller voir une dermatologue pour trouver une solution. Après une prise de sang qui a révélé un taux d'œstrogène très bas, la dermatologue m'a represcrit la pilule dosée de façon à rééquilibrer ce déficit, plus un traitement anti-acné. Au bout de quelques mois mes boutons avaient disparu (sauf pendant mes périodes de règles), plus de cicatrices non plus. Pendant trois ans, j'ai été sous pilule, jusqu'au jour où j'ai décidé de l'arrêter. Je n'acceptais plus l'idée d'ingérer ce type de contraception et de faire subir à mon corps les effets néfastes de la pilule (surtout quand on pense qu'une femme est féconde que quelques jours dans un mois).

La première année de l'arrêt de la pilule, je n'ai pas eu de problème d'acné. C'est lors de ma rupture avec mon ancien compagnon que j'ai pu vivre l'une de mes plus grosses crises d'acné hormonale, je me suis retrouvé avec tout le bas du visage rempli de boutons et des kystes, des zones de douleur autant physique que psychologique. Plus les mois passaient, plus mon acné augmentait, s'étendant à mon dos, mes épaules et ma poitrine. Intérieurement, la confiance en moi en a pris un coup, j'évitais à tout prix mon reflet pour éviter de voir mon visage qui était pour moi défiguré. J'essayais de me cacher d'une certaine façon, que l'on ne me regarde pas. Cet événement est survenu juste avant le 1er confinement en 2020, dès les premiers jours où l'on a dû porter les masques jetables, les boutons qui se situaient sur mes joues se sont infectés, me causant des saignements, avec de la difficulté à cicatriser, des brûlures cutanées sur le menton. Quand j'ai été en confinement le fait de ne plus être à l'extérieur, en contact avec la société et de ne plus porter de masque, j'ai constaté une diminution de mon acné. Je pensais que cela disparaissait et dès que nous avons pu sortir, tout a repris, me laissant dépitée. Je pensais au fond de moi que cette acné était une fatalité, que je devrais vivre avec toute ma vie ou devoir reprendre la pilule, ce qui était à l'encontre de ce que je désirais.


Pendant 6 mois j'ai évité de trop me regarder dans le miroir ou de prendre des photos pour éviter émotionnellement de me focaliser à chaque fois dessus. Par période je m'apercevais qu'il y avait une certaine amélioration puis quelques jours après une énorme crise qui atteignait encore plus mon image. J'ai souvent pleuré car je ne comprenais pas d'où cela venait et malgré le fait de surveiller mon hygiène de vie ou de limiter mon stress du mieux que je pouvais, cela ne disparaissait pas. En parallèle, j'ai développé un TOC en rapport avec mon acné, je ne pouvais m'empêcher de toucher mes boutons, ma peau et c'est devenu comme une habitude. À cause de ce TOC mon acné laissait des cicatrises brunes qui avaient du mal à cicatriser.


C'est grâce à mon métier et à mes formations que je suis sortie de mon acné. Dans les outils que j'utilise, il y a toute une partie sur le Toucher, notamment à travers les massages. Un outil intéressant pour se rapprocher un maximum de Soi par le corps. À partir de mars 2021, j'ai décidé d'allié mes auto-massages du visage tout en transformant ma vision de moi-même et mes paroles vis à vis de ce visage qui me dérangeait. J'ai commencé par me regarder tous les matins dans le miroir. Au lieu de voir ces boutons avec tristesse et colère, comme quelque chose qui me gâchait la vie, j’ai décidé de me regarder avec Amour et de me voir au-delà de cette acné, de retrouver ma confiance en moi et de ne pas laisser « l'image que je devais avoir » devenir celle que j'étais réellement. Quelques semaines après j'ai constaté de nouveau une diminution mais encore à certaine période sans que je ne comprenne pourquoi, l'acné revenait.

Dans le même temps j'ai commencé ma formation en décodage biologique (vous pouvez trouver toutes les informations qui concerne le décodage biologique sur mon site internet). C'est une thérapie qui se basse sur les ressentis biologiques de la maladie pour comprendre d'où vient la maladie, pourquoi est-elle présente et ce que le corps veut nous faire comprendre. J'en ai profité pour tester sur moi les séances et en particulier sur mon acné. Après ma première séance la fréquence de mon acné s’est espacée, étant consciente de ce que représente la peau dans sa symbolique, j'ai changé ma façon de voir complètement mon image, ma personnalité, ma féminité, mon identité. J'ai compris que cette acné ne me représentait pas, que ce que j'étais, c'était la personne derrière et que ma valeur était à l'intérieur de moi et non ce que les autres ou moi percevaient physiquement ou à travers un miroir, qui ne reflétait pas le visage parfait que l'on voit sur les réseaux sociaux. J'ai trouvé la source dans mon histoire personnelle, dans des traumatismes vécus dans l'enfance. L'acné entre temps avait complètement disparu de mes épaules, ma poitrine et mon dos mais il en restait encore sur le visage, quelques kystes persistants et des boutons qui s’inflammaient, me menaient la vie dure. C'est après ma deuxième séance de biodécodage, où l'on a pu s'occuper du fond du problème, en libérant l'émotionnel resté bloquer dans l’inconscient et mon corps, que mon acné a complètement disparu dans le quotidien, en l'espace de quelques semaines j'ai pu retrouver ma peau sans aucun bouton ou autres, même mes cicatrises étaient parties, me laissant le visage comme si de rien était. Je ne vous cache pas qu'il m'arrive d'avoir 2/3 boutons d'acnés autour de règles mais rien de comparable. Cela fait plus de 6 mois que je n'ai pas eu de crise d'acné et que je vis avec la peau que je rêvais d'avoir une année avant.


Grâce à cette expérience qui n'a pas été facile à vivre, j'ai soigné une partie de l'enfant que j'étais et qui criait sa souffrance par le biais de mon corps d'adulte. Le choc émotionnel que ma rupture avait produit sur moi avait réveillé cette partie de moi réveillant d'autres chocs émotionnels en lien. Je me suis reconnectée à ma féminité, à ce que cela représentait véritablement pour moi. Mais c'est surtout à mon identité et ce que je suis et non à mon identification que j'ai pu découvrir mon vrai visage, me libérer des injonctions familiales, sociétales et apprendre chaque jour à vivre avec moi-même. Pour cela j'ai dû libérer des émotions emprisonnées dans mon inconscient et mon corps pour que tout mon Être soit d'accord, ce qui n'a pas été facile, mais nécessaire.

Les causes de l'acné sont propres à chaque vécu. Nous ne vivons pas les expériences dans la vie de la même façon et les émotions, les ressentis que le corps enregistre sont différents pour chacun. En revanche, l'acné est un conflit qui avec le temps devient chronique et qui n'a plus besoin de rencontrer un choc pour se déclencher. Il y a très souvent un lien avec l'image de Soi, la sensation d'avoir été souillé ; la peau permet la protection et le contact.

L'acné touche environ 25% des adultes en France, majoritairement les femmes. Dans notre société, basé sur l'image, il n'est pas étonnant que l'acné hormonale soit quelque chose qui handicap la confiance en Soi, ce que l'on estime devoir représenter et notre identité. Par mon expérience, je constate qu'il y a d'autres alternatives pour diminuer l'acné ou complètement l'éliminer. Se libérer de nos blocages est la première étape vers son véritable Soi.








10 vues1 commentaire